Le savoir-faire d'un chef à votre table

La poutine de Nice

       

La poutine de Nice.

La poutine niçoise n'est pas du tout semblable à la poutine canadienne, non ce n'est pas un plat mais de petits alevins de sardines et d'anchois qui sont pêchés du mois de mars au mois de mai.

C'est spécialement sur la côte que nous la trouvons et les niçois attendent impatiemment ces dates pour la manger.

Ces petits alevins transparents et tirant sur le bleu se cuisinent en beignets, en omelette et souvent elle est consommée crue avec un filet de citron et d'huile d'olive.

Le prix est assez élevé avec un minimum de 30 euros le kilo et qu'un hecto ne fait pas un gros plat.

C'est pour cela qu'elle est aussi appelée "le caviar niçois".

Cette pêche est autorisée au Cros-de-Cagnes et à  Antibes. 

Les pêcheurs tirent les filets du bord de l'eau et nous la trouvons sur les bancs des poissonniers qui avaient l'habitude dans le temps de crier: " A la bella poutina!" (la belle poutine!)

Il est possible d'aller voir les pêcheurs tirer les filets à Cagnes-sur-mer, si on y va tôt.

Aujourd'hui, nous avons choisi de la manger en omelette et nous l'avons savourée jusqu'à la dernière bouchée.