Le savoir-faire d'un chef à votre table

La littérature dans la gastronomie

 

rtemagicc_litterature-gastronomie-jpg-copier

La littérature dans la gastronomie.

Oui, nous aimons la cuisine et nous aimons aussi la littérature. Alors, voici quelques passages de très bons romans dans lequels la cuisine est à l'honneur:

 

GATSBY LE MAGNIFIQUEF. Scott Fitzgerald

« Tous les vendredis, cinq grandes caisses d’oranges et de citrons arrivaient de chez un fruitier de New York – tous les lundis, les mêmes oranges et les mêmes citrons sortaient par la porte de service en une pyramide d’écorces vidées de pulpe. […] Sur des tables, garnies de hors-d’oeuvre luisants, s’entassaient des jambons épicés et cuits au four parmi des salades multicolores comme des manteaux d’arlequin, des pâtés de porc et des dindes qu’un sortilège avait teintes de brun doré. »

MOBY DICKHerman Melville

« Lorsque la soupe fumante apparut, la clef du mystère nous fut délicieusement donnée. Ah ! mes bons amis, écoutez bien. De petites clovisses juteuses, à peine plus grosses qu’une noisette, mélangées à des biscuits de mer émiettés et à du porc salé finement émincé, composaient cette soupe enrichie de beurre et généreusement assaisonnée de sel et de poivre. »

L’ATTRAPE-COEURSJ. D. Salinger

« Je suis pas un gros mangeur, vraiment pas. C’est pourquoi je suis tellement maigre. On m’a mis à ce régime où on ingurgite plein de féculents et de cochonneries pour gagner du poids et tout, mais je l’ai même pas suivi. Quand je sors, généralement je mange un sandwich au fromage et je bois un verre de lait malté. C’est pas beaucoup, mais dans le lait malté y a plein de vitamines. »

SUR LA ROUTEJack Kerouac

« Mais il fallait que je me remette en route, au lieu de pleurer sur mon sort, alors j’ai pris mon sac, j’ai dit au revoir au vieil aubergiste assis à côté de son crachoir et je suis allé casser la croûte. J’ai mangé de la tarte aux pommes et de la glace ; la qualité s’améliorait à mesure que je m’enfonçais dans l’Iowa, la tarte était plus grosse, la glace plus crémeuse. »

ALICE AU PAYS DES MERVEILLESLewis Carroll

« La table était très grande ; pourtant tous trois se serraient l’un contre l’autre à un même coin. “Pas de place ! Pas de place !” s’écrièrent-ils en voyant Alice. “Il y a de la place à revendre !” répondit-elle avec indignation, et elle s’assit dans un grand fauteuil à un bout de la table. “Prends donc un peu de vin”, proposa le Lièvre de mars d’un ton encourageant. Alice promena son regard tout autour de la table, mais elle n’aperçut que du thé. »